samedi 4 septembre 2010

> Chômeur ? Plus jamais ça. Tradons.




Ils sont lourds ces chômeurs ! Ils n'ont sûrement jamais tradé. Pourtant, avec un brin « d'analyse de marché quotidienne » et de jugeote, ils pourraient eux aussi « faire 100 euros/heure ». Mais non, ils s'enferment dans un processus qui fait d'eux des perdants professionnels.

Certains d'entre vous en sont sortis en « apprenant comment bénéficier des hauts et bas du marché ». Vous êtes des exemples de la France qui gagne.


Comme vous, je suis devenu un vrai Trader. J'ai appris à trader sans avoir « jamais tradé auparavant » parce que iForex a mis à ma disposition « un kit d'apprentissage » qui m'a ouvert les yeux sur le « marché des devises le plus liquide, dynamique et lucratif au monde ». Depuis, je me fais du pognon.

J'étais sur 20mn.fr, rubrique « Politique », à lire le billet de Maud Pierron intitulé « Si les syndicats bougent, Sarkozy sera obligé de liquider Woerth ». Le titre était alléchant, mais j'en étais arrivé à me dire que le titre m'agaçait, au motif qu'il m'apparaissait qu'il eut été préférable de remplacer le mot « syndicats » par « Français », pour éviter les surprises de négociations de couloir...

La pub de IForex en bas de page vint me rappeler que j'avais choisi le bon chemin, enfin débarrassé de mes oripeaux de geignard.

Maintenant, j'étais un homme nouveau, occupé à peser mes patates à l'aune du taux de chômage élevé des autres et desfluctuations du PIB.

Ce matin, après avoir constaté que la croissance économique de l'euroland au deuxième trimestre avait atteint 1%, j'avais fumé un cigareCAO Mx2 Toro dédicacé par Christian Blanc, le regretté secrétaire d'Etat au Développement de la région capitale. Vous ne connaissez pas ce « double maduro » à la cape huileuse à 12 euros pièce ? Devenez Trader, vous en ferez votre quotidien.

Ce n'est pas si difficile de devenir trader: on « achète quand on pense que la monnaie va monter et on vend quand on pense qu’elle va descendre... Et hop, on a gagné quelques centaines, milliers ou millions d’euro... Et on claque la porte à son boss (ou du Pôle Emploi) et le rêve de travailler quelques heures par jour au bord de sa piscine devient réalité !!! ». Mais non, je plaisante !

Mais comme vos pairs, à votre rythme, vous vous enrichirez en traitant les devises, après que vous ayez ouvert « un compte avec un broker (courtier) respectable »... Après, le Two-Way price, le Two-morrow to Next et le roll-over n'auront plus de secrets pour vous. Bientôt, vous ferez du Forex scalping, excitant en diable à capter quelques pips par transaction. J'adore jongler avec les pips. C'est mieux que les Assedics, non ? En plus, voilà qui entretient votre anglais. Votre banquier habituel cessera de vous harceler. Et surtout, vous ne serez définitivement plus un looser

J'ai changé ma vie à la force de mon poignet droit. Ce faisant, en ne rembauchant pas dans une entreprise française, j'ai échappé aux 
destructions d'emplois en 2009 et à la hausse vertigineuse des CDD (une embauche sur dix) en 2010. La vista !...
Senior, j'aurais été bon pour l'abattoir quelques mois suivants.
Déjà, j'avais eu la sagesse d'évite d'être jeune, et j'avais bien fait: je serais arrivé avec 600 000 autres en septembre 2010 sur le « marché de l'emploi ». J'aurais été de la « génération perdue » passée par les profits et pertes de la toute puissance de l'actionnariat goulu, avec pour seule perspective le non emploi durable, comme 4,5 millions de Français.

Entendons-nous bien: je ne fais pas de politique, et je ne me permettrais pas de me mêler du contrat de travail que les Français ont laissé atomiser en unemultitude de statuts qui les assurent d'une précarité totale ! Ils l'ont voulu !

Simplement, je cause. Trader, c'est l'avenir. Votre avenir ne dépend plus de la force de votre travail dans l'économie mais de l'exploitation de celle des autres.
Vous avez remarqué comme les entreprises du CAC 40 font « d'insolents bénéfices, multipliés par deux en un an , largement dopés par les fonds publics au détriment de la croissance et de l'emploi » ?
Jouer la Bourse contre l'industrie, c'est s'offrir année après année l'annus mirabilis aux portes de votre HLM.
Le père Noël pour toutes les Bourses.

Bienvenue au Club, avant les manifs ?


1 commentaires:

Bruno a dit…

Tout à fait d'accord. Même si cet article est fait sur un ton humoristique, ou au deuxième degré, je pense que Reagan et Tatcher ayant décidé que la valeur travail ne valait plus rien, qu'il devenait inutile d'augmenter les salaires et qu'avec la mondialisation ils ne pourront que baiser, la meilleur éducation que l'on puisse donner à nos enfants c'est d'accepter la règle du jeu puisque l'on a pas les moyens de lutter contre la finance. Apprenons au maximum de gens, à nos enfants, à trader correctement, regroupons nous, creons des associations, des clubs pour apprendre et s'entraiser pour progresser, devenons des bons traders. Non pas uniquement dans le but de se faire de l'argent comme les spéculayeurs, mais comme moyen de combat contre ce système financier et utilisons ses armes. Ne nous servons plus des entreprises que pour les relations sociales qu'elles permettent entre collègues, et la protection sociale tant qu'elle subsistera.

S'il y a de moins en moins de travailleurs qui adhèrent au système, et de plus en plus de boursicoteurs qui se servent de la bourse pour vivre,, leur système finira par s'écrouler et le travail retrouvera sa place. je ne dis pas qu'en attendant on ne peut pas essayer de lutter autrement, mais je pense qu'ils sont vraiment forts.

Les asiatiques nous ont appris, dans leurs sports de combat, qu'il faut utiliser la force de l'adversaire et non la contrer.

Enregistrer un commentaire