mardi 15 février 2011

le coach et l'échelle cassée





A vrai dire, il en avait assez de vivoter, voulant une fois pour toutes valoriser son expérience en toute indépendance, mais dans un réseau. Sans franchise ni royalties, s'entend.
 
Il lui fallait du juteux immédiat. Sa décision était prise: il créa son cabinet de coaching à forte rentabilité.
Franchir le pas n'était pas facile. Pourquoi en effet vouloir aider à trouver le bonheur en un temps où tout force au désespoir et aux lassitudes lourdes ? C'est que, quand les mots à la mode sont compétitivité et performance, il faut des résultats.
Il nous raconta que depuis très longtemps, il était passionné par le coaching. Bien avant que le concept existe. Il en faisait sans le savoir. Surtout le dimanche. Grâce à son potentiel.
Dans son village, où les filles étaient folles de la messe, elles s'arrachaient les couettes pour goûter de son management comportemental, qui, a cette époque-là, était en pleine croissance. C'est l'instituteur de la communale, communiste mais aux yeux ouverts, qui remarqua le premier qu'il serait de la graine de coacheur de personnes, d'équipes, d'organisations. C'était entre Mendès-France et Guy Mollet. Bien avant Mitterrand, qui en a coaché plus d'un et qui s'en est bien porté: c'est en effet dans les années 80 que le coaching apparaît en France.
Déjà, à l'époque, on sentait bien qu'au 21ème siècle personne ne pourrait plus avancer tout seul. Il fallait faire quelque chose. Côté professionnel, comme côté personnel, il faudrait trouver des subterfuges pour être heureux avec ce que l'on voudrait bien vous donner en échange de votre vie.
Contactez son cabinet. Vous avez le choix: coach physique ou par téléphone?
Dans un premier temps, trente minutes gratuites au téléphone suffiront pour clarifier votre problématique avec un partenaire de votre choix réputé pour son expertise.
Dans un second temps, quand vous lui aurez envoyé votre RIB – ce sera pratique pour tout le monde – tout deviendra plus simple face aux enjeux. Il vous rendra plus imperméable aux tuiles. Ayez confiance. Apprendre à mieux cibler vos efforts et dénouer vos émotions, c'est le but de son nouveau concept de coaching des personnes.
Tenez, prenez Olivier Besancenot. S'il l'avait consulté, il n'en serait pas arrivé là ce week-end. Le coach l'aurait rencontré un midi, entre deux meeting. Il serait apparu stressé, comme s'il avait reçu une lettre du Parti de gauche et une autre de Raoul Marc Jennar avant le congrès du NPA. Mais il serait reparti confiant.
S'il avait consulté un coach, le congrès se serait conclu autrement le 13 février, et Olivier, qui a une tendance naturelle à la procrastination, aurait chassé son stress et recouvré l'estime de soi.
Maintenant, c'est trop tard, il ne va plus gérer ses émotions: un jour de déprime, en juin 2011, - et c'est pour cette raison qu'il n'y eut pas « d'appel au rassemblement pour 2012 » - il va se faire investir comme candidat à la présidentielle.
Ce qui n'empêche que s'il voit un coach d'ici-là (un expert en relooking qui saura mettre en valeur son potentiel physiquel'aider à fixer les objectifs révolutionnaires à atteindre) ce dernier lui dira que:
… « Mieux vaut commettre une erreur avec toute la force de son être que d'éviter soigneusement les erreurs avec un esprit tremblant » (Dan Millman).
... la révolution attendra encore un peu, le débat sur la religion, le voile et la laïcité qui n’a pas abouti à un texte commun, malgré « des éléments convergents » (mais pas à cause de divergences !) sera réglé dans un autre huis clos.
Au pire, entre deux séances de média training, le coach essaiera de lui faire dire qu'il a été trop prudent, qu'il aurait vu le mal là où il n'est pas et par l'échelle cassée, assassiné une opportunité.

++ 
 Illustration de titre: « L'échelle cassée », sculpture de José Pinon.
++ 
En attendant le grand soir d'un lendemain qui déchante, voici une vidéo que nous avons pu nous procurer: elle accompagnait le lettre du Parti de Gauche au NPA. Mélenchon parlait aux congressistes.




                                                  Dessin tiré de ce blog


0 commentaires:

Publier un commentaire